les sites « demande de devis » ou l’art du pêle-mêle organisé

IMG_2885

Il n’y a pas si longtemps, il n’existait qu’un seul moyen de rechercher un professionnel, c’était les pages jaunes du bottin. Depuis les pages jaunes ont évolué, le bottin a quasiment disparu du meuble qui allait bien pour trouver refuge sur internet et autres smartphones. L’évolution des pages jaunes est pourtant très honorable tant dans ses supports proposés que dans ses approches techniques.

Cependant depuis quelque temps déjà une énorme vague de « deviseurs » en tout genre débarque dans l’univers professionnel avec l’idée initiale fort séduisante de mettre en contact des gens en recherche d’un devis gratuit pour une prestation professionnelle. Libre aux inscrits professionnels, moyennant un abonnement ou un coût à la demande, de répondre à ladite recherche. Le principe de base serait plutôt enchanteur, si on ne s’apercevait pas, très rapidement, que ce mécanisme, car on peut l’appeler ainsi, n’était pas tout simplement une énorme pompe à business, qui au travers de serveurs numériques très travailleurs, va vous faire découvrir soi-disant cinq prestataires heureux de pouvoir satisfaire vos attentes et vous proposer cinq devis plus alléchants les uns que les autres.

Or on s’aperçoit très vite que ce petit manège nivelle énormément d’informations qui ne deviennent plus crédibles dès lors qu’on fouille sur les compétences de certaines fiches proposées et que l’abonnement au service dispose d’une hiérarchisation commerciale sans aucun rapport avec les compétences recherchées. On s’aperçoit également très vite que le fonctionnement de départ était à l’initiative de jeunes startups géniales, mais que le principe a très vite été repris par de grands groupes de distribution du bricolage.

Pour que ce principe ou idée initiale fonctionne de manière honorable, côté demandeur, il aurait fallu se porter vigilant sur la crédibilité des demandes et côté entreprise, il aurait fallu renseigner au mieux avec justificatifs à l’appui sur les compétences du professionnel.

Ce qui est à déplorer aujourd’hui c’est que ce service, qui aurait pu aboutir qualitativement, prend l’eau car il y a une forme de désenchantement qui s’opère de part et d’autre des acteurs concernés par ce type de prestations. Son avenir sera sans doute dans une plus grande rigueur des sélections à la fois côté demande et côté pros et avec une réflexion commerciale plus adroitement articulée.

Là ou on peut également s’interroger, c’est que lorsqu’en tant que pro vous voyez une fiche qui vous est proposée et que le demandeur initial est à 120 km, en recherche d’un prestataire pour une réalisation si infime que si le pro répond, la facture sera au triple d’un prestataire tiré des pages jaunes et qui exerce dans le village voisin, je ne saisis pas l’intérêt de consulter et de rechercher des devis gratuits. Car soit cela implique qu’il y a recherche d’un pro naïf, soit que le pro qui répond favorablement est exempté de charges et travaille à perte.

Pour ma part, au travers de mon exercice professionnel j’ai pu m’initier au deux positions, et au travers de plusieurs société différentes de prestations de ce type, et avec le recul nécessaire je peux très franchement conclure que c’est une énergie dévorante que de procéder par ce mode opératoire dont le taux d’aboutissement réellement partageable avec un intérêt commun est de 1 sur 70.

Laisser un commentaire